Vous êtes ici

Aires marines protégées et biodiversité en France

Seul pays au monde présent dans les trois grands océans et cumulant ainsi près de 11 millions de km² sous sa juridiction, la France est le deuxième pays maritime au monde, derrière les Etats-Unis. Présente dans cinq des vingt-cinq points chauds de la biodiversité mondiale (Méditerranée, Caraïbes, Océan indien, Nouvelle Calédonie, Polynésie), la France dispose d’un patrimoine naturel marin sans équivalent car d’une extraordinaire diversité et représentativité.

 

Dans la lignée des engagements internationaux pris par la France, le gouvernement a adopté en novembre 2007 une Stratégie nationale de création et de gestion des aires marines protégées, dont l’objectif est de créer un réseau complet, représentatif et cohérent d’aires marines protégées (AMP) sur les océans d’ici 2012. Lors du discours de clôture du Grenelle de la mer en juillet 2009, le Président de la République a par ailleurs affiché l’objectif d’inscrire 20% des eaux sous juridiction française en AMP d’ici 2020, dont 50 % en moyenne globale en « réserve de pêche ».

 

Cette stratégie s’inscrit dans le prolongement de la loi du 14 avril 2006 relative aux parcs nationaux, parcs naturels marins et parcs naturels régionaux, qui identifie six types d’outils (du réglementaire au contractuel) bénéficiant du statut d’aire marine protégée.

Selon l’article L 334-1 du Code de l’environnement, les AMP comprennent :

  • les parcs nationaux ayant une partie maritime (articles L 331-1 et suivants),

  • les réserves naturelles ayant une partie maritime (articles L 332-1 et suivants),

  • les arrêtés de biotopes ayant une partie maritime (articles L 411-1 et suivants),

  • les parcs naturels marins (articles L 334-3 et suivants),

  • les sites Natura 2000 ayant une partie maritime (articles L 414-1 et suivants),

  • les parties maritimes du domaine relevant du Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres (articles L 322-1 et suivants).

 

mer, 03/08/2011 - 02:00